5 animaux inusités à croiser au Québec

TOUTES
LES NOUVELLES

Retour

Saviez-vous qu’il existe au Québec environ 650 espèces d’animaux différents? Non, il est vrai que nos forêts ne nous permettent pas de croiser des girafes, des éléphants ou des guépards. Par contre, il est possible de croiser des animaux franchement impressionnants, comme l’ours noir, le loup gris ou encore le lynx du Canada. Mais qu’en est-il des animaux moins connus? Voici un top 5 d’animaux inusités que vous pourriez très bien croiser lors d’escapades en sol québécois!

L’opossum d’Amérique du Nord

L’opossum d’Amérique du Nord est le seul marsupial du Québec (et du Canada, d’ailleurs!). Les petits marsupiaux naissent à un état presque embryonnaire, et vont poursuivre leur croissance pendant quelques semaines dans la poche ventrale de la mère. À titre d’exemple, on retrouve dans la famille des marsupiaux les kangourous et les koalas, qui sont des animaux exotiques très populaires! 

L’opossum est un omnivore, ce qui veut dire qu’il peut se nourrir autant de petits mammifères que de fruits ou d’insectes trouvés sur son chemin.  On le retrouve surtout dans le sud du Québec.

© photo: maxisciences.com

Les polatouches

Une chauve-souris? Non, un écureuil volant! En effet, on retrouve au Québec les petits et les grands polatouches qui, vous l’aurez compris, se distinguent notamment par leur taille. Les petits polatouches, qui mesurent maximum 257 mm de long, se retrouvent principalement dans le sud-ouest du Québec. De leur côté, les grands polatouches peuvent atteindre la taille de 368 mm de long, et se retrouvent presque partout au Nord du Québec.

Contrairement à la croyance populaire, les polatouches ne peuvent pas « voler » à proprement dit : ils planent! Les grands polatouches sont capables de planer sur une distance record de 50 mètres. Si vous en apercevez en nature, comptez-vous très chanceux! Nocturnes et très rapides, ils sont particulièrement difficiles à apercevoir à l’état sauvage.

© photo: Claude Lafond

Le condylure à nez étoilé

Le condylure à nez étoilé appartient à la famille des taupes. Son museau est équipé de 22 tentacules qui bougent dans tous les sens lorsqu’il explore un territoire. Dégoûtant? Plutôt utile, en fait! Le condylure est pratiquement aveugle, donc ses tentacules servent à dépister les proies autour de lui. Il se nourrit principalement d’insectes. Une fois les insectes repérés, c’est avec sa bouche (et non avec ses tentacules!) qu’il attrapera son repas.

Les condylures à nez étoilé ne sont pas énormes, au contraire! Ils pèsent au maximum 77 grammes à l’âge adulte, alors que les petits pèsent environ 1,5 gramme à la naissance! C’est minuscule!

© photo: flepi.net

La salamandre pourpre

La salamandre pourpre est très rare au Québec, notamment parce qu’elle est très facilement affectée par les facteurs externes, comme la pollution, par exemple. Elle est la plus longue de nos salamandres de ruisseau, puisque son corps peut mesurer jusqu’à 23 centimètres de long. Si vos enfants utilisent des règles à l’école, prenez-la entre vos mains : c’est presque toute la longueur de la règle!

La salamandre pourpre habite toujours près des ruisseaux ou des cours d’eau. Elle n’a certainement pas peur des hauteurs, puisqu’on la retrouve seulement dans les plus hauts points du Québec, au minimum à 100 mètres d’altitude!  

© photo: Les films EP - Youtube

Le passerin indigo

Un oiseau si coloré dans notre belle province? Absolument! Le passerin indigo mâle présente un magnifique plumage bleu, dont les couleurs sont très vives surtout en période de reproduction.  Il est plutôt commun, mais comme la femelle a un plumage brun, nous avons peut-être moins tendance à le remarquer!

Vous avez sans doute déjà entendu son chant, très caractéristique des petits oiseaux de la famille des cardinaux. Cliquez ici pour l’entendre (© The Music of Nature) et tendez l’oreille la prochaine fois que vous irez vous promener en forêt!

© photo: lemerlebleu.com

Zoo