Le directeur général du Zoo Ecomuseum honoré par le MFFP

TOUTES
LES NOUVELLES

Retour
Le directeur général du Zoo Ecomuseum honoré par le MFFP

C’est le Jour de la Terre. Nous avons choisi cette journée annuelle toute spéciale pour vous partager une petite (grande) fierté.

Il y a quelques semaines, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) célébrait le 25e anniversaire de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables.

Lors de cette célébration, notre directeur général, David Rodrigue, s’est vu attribué un prix honorifique du MFFP pour sa « contribution remarquable à la recherche et à l’éducation sur les espèces fauniques menacées ou vulnérables du Québec ».  Le titre de la reconnaissance parle de lui-même.

Depuis de très nombreuses années, le Zoo Ecomuseum est une véritable référence en matière de recherche et conservation pour les reptiles et amphibiens du Québec. Ceci n’est pas étranger au fait que David est un expert reconnu en la matière, œuvrant depuis près de 25 ans dans ce domaine précis.

Biologiste spécialisé en herpétologie et détenteur d’un MBA, il est l’un des pionniers des efforts relatifs à la protection des reptiles et amphibiens dans la province. À l’époque, ces petits êtres mal-aimés n’avaient pas beaucoup de reconnaissance, et c’est grâce à des gens comme David Rodrigue que ces espèces sont maintenant reconnues comme faisant partie intégrante de la biodiversité québécoise. Fiers, on vous disait!

Toujours membre du comité aviseur provincial pour la désignation des espèces menacées, il compte de nombreuses implications au sein de différentes équipes provinciales de rétablissement d’espèces. Il a également co-écrit le Guide amphibiens et reptiles du Québec et des maritimes, une référence en la matière.

Ce ne sont là que quelques exemples de ses accomplissements. Bien sûr, il  y en a une grande quantité qu’on ne nomme pas : cet article serait très, très long, croyez-nous. Véritable passionné, la liste de ses travaux, articles scientifiques, cours enseignés et formations offertes est grande. Peut-être faut-il simplement retenir que l’éducation et le partage des connaissances ont toujours occupé une place privilégiée au sein des implications personnelles de notre directeur général. Ce n’est sans doute pas pour rien que l’éducation, la recherche et la conservation sont, encore à ce jour, les trois piliers fondamentaux de la mission du Zoo Ecomuseum. Ces piliers, instaurés dès la fondation du zoo en 1988, sont toujours d’actualité. Parce que notre DG, il y croit. Et que nous y croyons aussi, en grande partie grâce à lui.

Comme on dit, la pomme ne tombe jamais très loin de l’arbre. Même dans le cas d’un organisme et de son dirigeant, n’est-ce pas ?

Zoo