L'histoire de Moki, le cerfs de Virginie

TOUTES
LES NOUVELLES

Retour
L'histoire de Moki, le cerfs de Virginie

Au Zoo Ecomuseum, chaque animal a une histoire unique et des besoins directement liés à leur espèce, leur condition ou leur personnalité. À l’arrivée d’un nouveau pensionnaire, l’équipe de soins animaliers et vétérinaires apprend à connaître chaque animal et lui offre ce dont il a besoin pour être confortable, heureux et en bonne santé.

Parfois, l’arrivée de nouveaux pensionnaires est prévue plus à l’avance, comme lorsqu’un animal arrive d’une autre institution zoologique ou qu’il a des soins à recevoir dans un centre de réhabilitation avant d’emménager chez nous. Dans d’autres cas, ce sont des appels que nous recevons à la dernière minute. 

Le 13 juin dernier, un de ces appels surprise s’est présenté. Un agent de la faune avait recueilli un faon orphelin, et cherchait un endroit pour le placer. Fort heureusement, nous avions de la place pour l’accueillir, et c’est ainsi que Moki a fait son arrivée au Zoo Ecomuseum. Alors âgé d’à peine deux jours, il n’était pas sevré et n’était pas en très grande forme. Nous savions alors que les premiers 24 heures seraient critiques.

Moki a été trouvé dans la région de Gatineau, sur un vaste terrain appartenant à des particuliers. En nature, les femelles cerfs de Virginie laissent souvent les petits seuls pendant de nombreuses heures pendant la journée. Comme les faons n’ont aucune odeur détectable pour les prédateurs et qu’ils sont bien camouflés grâce à leurs taches blanches, cette tactique est très efficace pour assurer leur sécurité. Ce qui signifie que si vous retrouvez un faon qui vous semble abandonné, il est probablement simplement en attente du retour de sa maman. Par contre, dans le cas de Moki, la réalité était toute autre. Sa mère se trouvait à quelques mètres de lui, malheureusement tuée par un prédateur. C’est toute une chance que le prédateur ne l’ait pas trouvé à son tour!

Les propriétaires du terrain ont donc eu le bon réflexe et ont appelé les agents de la faune, qui sont venus chercher le petit. Après son arrivée chez nous, un système a été mis en place afin d’assurer tous ses boires : pour les 2 premières semaines, il allait recevoir du lait dans un biberon 5 fois par jour, incluant très tôt le matin et très tard le soir. Les faons ne sont sevrés qu’à l’âge d’environ 4 mois. L’équipe s’est donc relayée pour tous les boires, afin de permettre à Moki de grandir en pleine forme!

Une fois les premières 24 heures écoulées et après quelques boires, Moki a repris des forces. Tout au long du sevrage, l’équipe a limité les contacts avec lui au maximum afin d’éviter qu’il ne soit trop imprégné aux humains. Un animal sauvage qui perd ses repères et qui devient trop dépendant aux humains peut présenter d’importants problèmes psychologiques à l’âge adulte : la préoccupation première était donc d’assurer son bien-être à court ET à long terme.

Après quelques semaines, Moki a été introduit aux quatre femelles adultes qui habitent au Zoo Ecomuseum depuis quelques années (et oui, comme vous pouvez le voir sur la photo, il pleuvait beaucoup cette journée-là!). Si elles étaient un peu réticentes à la présence de ce nouvel individu au départ, elles l’ont rapidement pris sous leur aile et maintenant, Moki fait partie du groupe au même titre que chacune d’entre elles. Éventuellement, il deviendra le chef du groupe, et représentera alors bien le prénom qui lui a été donné : Moki signifie « chef » en amérindien.

Aujourd’hui, Moki est un jeune cerf curieux et dégourdit. À la 12e semaine, il a perdu toutes ses taches blanches, un moment significatif pour le passage à l’âge adulte. Dès l’an prochain, des bois devraient faire leur apparition sur sa tête. Nous sommes très heureux de le voir si bien évoluer, après un début de vie pour le moins difficile.

N’hésitez pas à venir le rencontrer dans la nouvelle aire de vie des cerfs de Virginie!

- Patricia Presseau, directrice des soins animaliers 

Zoo