Rencontrez: Jennifer Cyr-Devine, zoologiste au Zoo Ecomuseum

TOUTES
LES NOUVELLES

Retour
Rencontrez: Jennifer Cyr-Devine, zoologiste au Zoo Ecomuseum
Pourquoi avoir choisi de devenir zoologiste?

Ça a toujours été clair pour moi que je voulais travailler avec des animaux. Quand j’étais petite, je disais que je voulais devenir « vegetarian » parce que je n’arrivais pas à prononcer « veterinarian ». À la maison, on a toujours eu des animaux et ce n’est qu’un peu plus tard dans la vie que j’ai découvert les zoos et fait le lien qu’il était possible de travailler auprès de ces animaux sauvages. J’ai alors choisi le domaine dans lequel j’allais étudier. Mais ma passion était divisée et un autre secteur d’activité m’intéressait aussi : l’enseignement. Mes deux parents étaient enseignants et j’ai vu à quel point ils ont travaillé fort toute leur carrière tout en touchant positivement la vie des jeunes. Mon travail est le meilleur des deux mondes!

Comment as-tu commencé à travailler au zoo?

La vie fait bien les choses! J’ai suivi un cours d’écologie du désert à l’université, qui était donné par David Rodrigue, le directeur général du Zoo Ecomuseum. À ce moment, le zoo cherchait une zoologiste pour le département d’éducation et il a immédiatement pensé que je pourrais bien m’arrimer au poste et à l’équipe. J’ai passé l’entrevue avec la coordonnatrice du département et j’ai eu l’emploi. Je me suis lancée! À la base j’étais très excitée parce que ça me permettrait de travailler directement avec les animaux, mais j’avais hâte aussi de découvrir l’aspect éducatif et de voir si je serais à la hauteur. Dès le départ, j’ai vu l’impact que mon travail pouvait avoir sur les jeunes et là, je suis devenue accro! Travailler seulement avec des animaux n’aurait pas le même effet sur moi je crois. C’est vraiment sensibiliser les gens que j’aime le plus!

As-tu un moment marquant à nous raconter depuis tes débuts au zoo?

Il y en a plusieurs! Toute mon enfance, j’ai passé beaucoup de temps au chalet où j’avais la chance de côtoyer la nature. Pour moi, une grenouille, c’était quelque chose de très commun. Intéressant, évidemment, mais plus commun. À mes débuts, lors d’une de mes premières présentations en classe, j’ai sorti un ouaouaron pour le présenter aux enfants. J’ai obtenu une réaction aussi forte que si j’avais montré un lion ou un éléphant! Les jeunes de la ville sont super intéressés par la nature, mais n’ont pas toujours l’occasion de la découvrir. Leur offrir l’occasion de créer un lien avec la faune et la nature, c’est incroyable. On a d’ailleurs souvent ce même genre de réaction avec les adultes. Ce sont des petits moments précieux!

Question déchirante! Qui est ton animal préféré au zoo?

Oh lala! Je ne peux pas répondre à ça … Je vais limiter mon choix aux animaux qui font partie du programme éducatif et avec qui je travaille quotidiennement. Je vais donc choisir Jweep, le grand-duc d’Amérique. Mais j’aime aussi beaucoup Novio, l’effraie des clochers, et aussi les martres d’Amérique … bref, je ne peux pas choisir! Je les aime tous!

Pour finir, quel serait l’animal avec qui tu rêverais de travailler?

Bonne question! Je pense que je choisirais les grands mammifères marins. J’ai un petit faible aussi pour l’eau et ce sont des animaux très intelligents. Il y a encore beaucoup à découvrir sur eux, c’est si passionnant!

 

Zoo